Conseillère nationale

Environnement

Doit-on se préoccuper de l’état dans lequel nous laisserons notre planète à nos enfants ? Les manifestations des jeunes en faveur du climat nous donnent la réponse. Or, la durabilité dans le développement économique ne peut pas être une valeur confisquée par des cercles d’intérêt particuliers. Il s’agit d’un projet global qui implique tous les membres de la société civile et l’ensemble des acteurs politiques. Les actions sociales, économiques et politiques doivent être envisagées en tenant compte de leur impact environnemental.

Il ne faut pas pour autant rester captif de concepts craintifs qui renvoient dos à dos le développement des activités humaines et l’avenir de la planète.

Nous ne pouvons plus penser croissance sans la replacer dans la perspective de ses impacts sur notre environnement. Nous devons la préparer à entrer dans un rythme différent, générateur de nouvelles opportunités parce qu’elle doit répondre à des besoins qui ont drastiquement évolué durant la dernière décennie.

La protection de l’environnement nécessite des décisions politiques à long terme prises par des politiciens engagés dans ce combat. Nier ou banaliser les conséquences du réchauffement n’est plus possible.

Notre stratégie énergétique 2050 doit nous permettre de réduire notre consommation d’énergie et notre dépendance aux énergies fossiles tout en renforçant les énergies renouvelables. Le premier paquet de mesures met l’accent sur la réduction de la consommation d’énergie notamment avec le « Programme Bâtiments » qui sera poursuivi. Il comprend aussi des mesures visant à accroître la production d’énergies renouvelables.

Autant dans les rénovations de bâtiments que dans les énergies renouvelables, notre canton a un potentiel énorme. Pensons aux compétences de nos entreprises du bâtiment ainsi qu’à nos exploitations hydro-électriques, la biomasse, le chauffage à distance ou encore le photovoltaïque. 

Il est temps enfin de finaliser la loi sur le CO2 afin de poser la prochaine étape vers un avenir durable. La Suisse s’est engagée dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 50%. La révision de la loi sur le CO2 doit mettre en œuvre cet objectif annoncé.

Avec le PDC, je m’engage à défendre une position ferme dans ce domaine afin de faire avancer, à notre échelle, les engagements pris par la Suisse.